Point Virgule

Point Virgule

Salutations à tous!

Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Celui-ci est tout neuf et a pour but de vous faire partager mon avis sur les ouvrages que j'ai lu.

Au fil du temps, j'espère pouvoir découvrir des auteurs, des maisons d'éditions peu connus et les promouvoir au travers de mon blog.

Mettre en valeur les bons ouvrages qui ne sont pas répandus me tient beaucoup à cœur. En ce sens, n'hésitez pas à me conseiller des bouquins qui mériteraient d'être plus lus...

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, cela fait toujours plaisir. N'hésitez pas non plus à associer à votre pseudo, le lien de votre blog (si vous en possédez un) afin que je puisse aller le visiter!

Bonne lecture et à très vite!

Point Virgule.

mardi 4 juillet 2017

Réparer les Vivants - Maylis de Kerangal


Une légère déception…

Résultat de recherche d'images pour "réparer les vivants maylis de kerangal"Titre : Réparer les vivants

Auteur : Maylis de Kerangal

Edition : Folio

Date de parution : 2014

Je vous propose cette chronique suite à une Lecture Commune avec PlumeVive, cliquer sur son pseudo afin de pouvoir lire sa chronique :) (nos avis divergent mais se rejoignent sur certains points!)

 

 

 Résumé :

« Le cœur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d’autres provinces vers d’autres corps. »

Réparer les vivants est le roman d’une transplantation cardiaque. Telle une chanson de geste, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d’accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le cœur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l’amour.


Avis :

          Mon avis quant à cet ouvrage ne sera sans doute pas très élogieux, en dépit des nombreux prix qu’il a reçus. Un seul point  m’a plu, il s’agit de l’écriture de l’auteur. Il est vrai que de nombreuses personnes ont été déstabilisées par ces longues phrases à rallonge semblables à celle de Proust, sauf qu’ici on n’a pas besoin de se faire exploser le cerveau pour comprendre le sens des phrases…. ! Personnellement, la poésie de l’auteur m’a séduite. Voilà un petit extrait, pour illustrer mon propos :

« L’aube abrasive brûle son visage et sa peau se tend, ses cils se durcissent comme des fils de vinyle, les cristallins derrière ses pupilles se givrent comme si oubliés dans le fond d’un freezer et son cœur commence à ralentir, réagissant au froid, quand soudain il la voit venir, il la voit qui s’avance, ferme et homogène, la vague, la promesse, et d’instinct se place pour en trouver l’entrée et s’y infiltrer, s’y glisser comme un bandit se glisse dans un coffre pour en braquer le trésor […] »

(Pour info la phrase continue encore un moment dans le bouquin !)

          Passé ce point positif, j’ai trouvé le reste fortement déplaisant. Commençons par l’émotion : ce roman traite du don d’organe, le donneur concerné est un jeune garçon, l’histoire est donc pour le moins tragique… Mais aucune émotion ne jaillit du roman… C’est froid. Le principe de l’histoire est de montrer comment chaque personne concerné par ce don d’organe réagit, dans une durée de 24h : ainsi on découvre les sentiments des parents, des médecins, du receveur etc. L’histoire oscille donc entre désespoir amer pour certains et doux espoir pour d’autres… On devrait donc partager la tristesse des parents mais niet… Les personnages auraient pu se faire rouler dessus par une voiture au tournant d’une page que ça m’aurait été égal, cela peut paraître cru mais c’est ainsi, je suis restée insensible à l’histoire, je n’ai pu partager la peine des parents ou la joie du receveur…

          Le réel problème c’est que les personnages n’ont pas pris vie pour moi. Je m’explique : lors de la lecture d’un bon roman, même après avoir refermé le livre qu’on est en train de lire, les personnages continuent de nous accompagner, ils sont avec nous dans nos pensées…. Ici ce ne fut pas le cas pour moi, dès que je refermais l’ouvrage, les personnages du livre sortaient de ma vie et n’existaient plus.

          Je suis donc au regret de conclure que ce roman fut une réelle déception… Pour information, une adaptation cinématographique a été réalisée à partir de ce livre. Peut-être, serait-il intéressant d’établir une comparaison, mais j’avoue n’avoir pas la moindre envie de visionner ce film…

5 commentaires:

  1. C'est vrai que nos avis divergent mais ils se rejoignent effectivement sur l'absence d'émotions ressentis !;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que beaucoup de lecteurs ont, été déçus par cette absence d'émotion... C'est dommage...

      Supprimer
  2. Ah ! J'ai lu ce livre à sa sortie en grand format (j'sais plus quand exactement :P) et je peux t'affirmer que ce fut une lecture très désagréable pour moi aussi :)
    Contrairement à toi, rien ne m'a plu :( L'écriture était certes parfois très belle comme tu le fais remarquer, et tu as raison sur ce point, mais le choix des mots me tirait parfois des grimaces. Une écriture très "clinique" par certains moments ! Rien que le titre par exemple : "Réparer" les vivants. Alors que ça parle de médecine. Pourquoi ne pas utiliser le mot guérir ? Ca aurait été moins percutant, certes xD
    Après, je n'ai pas du tout été séduite non plus par les personnages, là-dessus je te rejoins totalement ;)
    Te fais des bisous !
    Bonnes lectures :3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est gentil d'être passée!
      Idem, le terme "réparer" m'a un peu gêné... on répare une voiture, pas un être humain...
      Mais c'est vrai que, comme tu le soulignes, le terme réparer rend le titre plus "percutant"...
      Bisous ! Bonnes lectures à toi aussi!

      Supprimer
  3. Je trouve ta critique très juste... et néanmoins, j'ai beaucoup aimé ce roman. Le rythme de l'écriture avec ses phrases qui ne s'arrêtent pas bat comme le coeur de Simon ; la poésie m'a aussi touchée. C'est vrai que c'est pourtant raconté très froidement mais je pense que c'est un sujet très délicat et qui prête à la controverse. Peut-être était-ce une façon de nous faire réfléchir posément sur la question du don d'organe. J'espère que ta prochaine lecture te plaira davantage :) À bientôt !

    RépondreSupprimer